Les kilos émotionnels # 4 – Comment éviter que nos émotions nous fassent manger


Une émotion est un phénomène bref qui se passe essentiellement dans le corps.

1/ La peur que l’on ressent face à un danger physique, affectif ou moral. Ce peut être un danger imaginaire (les phobies). On peut avoir peur pour soi ou, par empathie, pour autrui. Le manque d’assurance favorise les moments de peur car on ne sent pas apte à faire face à divers dangers. Une personne qui subit la peur peut manger pour apaiser son angoisse. La meilleure façon de se débarrasser de la peur est d’y faire face.

2/ La tristesse se déplace sur les aliments car l’aliment remplace l’affect. Quand on mange parce qu’on est triste, on laisse place à une réponse émotionnelle du corps qui exprime qu’il veut être enveloppé, emmitouflé, protégé … Il faut parfois savoir laisser couler les larmes. Avoir de la compassion pour soi évite de se consoler par les aliments. Le moyen de se départir de la tristesse est de la laisser s’exprimer.

3/ L’ennui est désoeuvrement, lassitude, manque d’intérêt. Quelqu’un qui s’ennuie et qui mange a l’impression de remplir une existence qui apparaît vide. C’est un moyen de s’occuper. Au lieu de cet écueil, il est plus judicieux de mettre le temps à profit pour ne rien faire de courant, pour faire des choses que l’on n’ose pas ou que l’on n’envisageait pas de faire ou, tout simplement, pour ne rien faire.

Pour vivre depuis mi-janvier une période de repos (douleurs +++ à cause de la sciatique hyperalgique et convalescence pour cicatriser suite à une opération), clairement, je subis l’ennui. Ce repos obligatoire m’a rendue moins mobile et cette stagnation physique sous-tend un bilan calorique favorable à la prise de poids. Malgré tout, je suis parvenue à limiter les dégâts. Effectivement, je souhaitais perdre les kilos qui me gâchent la vie depuis la grossesse mais je n’étais pas prête pour le faire au vu de la situation. Je crois bien qu’il faut que je prenne le temps et que j’apprenne à être beaucoup plus bienveillante vis à vis de moi.

4/ L’anxiété est une anticipation à un évènement réel ou imaginaire, elle favorise l’hyperphagie. Utiliser le raisonnement pour luter contre l’anxiété ou s’exposer à elle  sont un bon moyen de ne pas craquer et manger pour fuir l’émotion.

5/ La colère qui s’exprime sous la forme d’agacement, d’emportement, d’exaspération, d’impatience, d’indignation, d’irritabilité ou de fureur est une réaction violente agressive due à un profond mécontentement. Quand la colère est est retenue, elle devient néfaste pour les kilos. Il est alors conseillé de ne pas systématiquement étouffer sa colère mais plutôt de verbaliser en formulant ce que l’on ressent.

En faisant diverses lectures, j’ai compris à quel point il était important de crever l’abcès et, pour cela, on peut écrire sa colère (l’écrit donne un recul et une réflexion que n’autorise pas la communication orale). L’essentiel n’est pas que cet écrit parvienne à son destinataire mais plutôt de soulager. Ainsi, on peut brûler l’écrit pour se libérer.

En outre, l’art et le sport profitent de l’énergie de la colère car ils permettent de l’expulser sainement.

6/ La jalousie et l’envie renvoient à la douleur de voir autrui jouir de ce que nous désirons.  Ces deux émotions attisent la colère. Derrière le ressentiment, il peut être utile de voir ces émotions comme un facteur d’émulation pour soi puisque le bonheur de l’autre montre que l’on peut le retrouver.

7/ Les remords, émotion douloureuse causée par la conscience d’avoir mal agi, et les regrets. Il faut parvenir à apprendre à relativiser les fautes présentes et passées. N’hésitez pas à demander pardon.

8/ Le sentiment de vie est une impression physique et morale. Aussi, il faut développer son imaginaire par tous les moyens possibles pour s’alimenter autrement qu’avec des aliments.

9/ La joie associée à la satisfaction d’un besoin, d’un désir, d’une aspiration se traduit par la gaieté et la bonne humeur. Chez certains, manger est la principale source de joie et il n’est pas question de brimer le plaisir de manger mais, plutôt, de le cultiver en permettant sa satisfaction avec des aliments diététiques.

Publicités

Tagué:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :