Maigrir sans régime, méthode du Dr Zermati # 1


Depuis maintenant un bon petit bout de temps je voulais lire cet ouvrage !

Je me suis dit que ça pourrait vous intéresser alors je me propose de faire comme pour Les kilos émotionnels, comment éviter que nos émotions nous fassent manger de Stéphane Clerget. En effet, je me propose de vous faire de petits articles pour vous permettre de mieux comprendre en quoi consiste le point de vue de Zermati.

Le Docteur Jean Philippe Zermati est un nutritionniste qui souhaite faire comprendre que l’on peut maigrir sans se priver.

Effectivement, pour lui, il est important de lutter contre les régimes, quels qu’ils soient, pour recentrer l’individu sur ses propres sensations et ses systèmes de régulation pour atteindre un poids morphologique (poids qui n’est pas dicté par les clichés de la minceur). L’objectif est de faire la paix avec la nourriture et avec soi-même.

Le Dr Zermati commence tout bonnement par expliquer l’importance de se libérer de l’état de “restriction cognitive” qui fait que l’on se prive, que l’on s’interdit de manger.

Mais qu’est ce que la “restriction cognitive” ?

Le mangeur se caractérise par une “dissonance cognitive” : mauvaise conscience alimentaire se traduisant par une forme de vigilance constante sur sa manière de manger qui peut évoluer vers un contrôle mental du comportement alimentaire caractéristique de la restriction cognitive.


La “restriction cognitive” renvoie à l’intention de contrôler mentalement ses apports alimentaires dans le but de perdre du poids ou de ne pas en prendre.
Ce comportement peut altérer la relation naturelle du mangeur avec les aliments, la relation se trouve alors dominée par l’idée suivante : « Ce que je mange me sert à rester mince et en bonne santé. » 


2 écueils :

a/ Le mangeur ignore délibérément ses sensations alimentaires (la faim, les appétits spécifiques et la satiété) : c’est  un état d’inhibition des sensations alimentaires

b/ Le mangeur se met à manger de manière impulsive sans rapport avec les règles auxquelles il avait l’intention de se soumettre. Le comportement alimentaire passe alors sous le contrôle de processus émotionnels : on aboutit à des accès hyperphagiques, des séances de grignotage, des compulsions alimentaires ou des boulimies décrits comme des états de désinhibition

Il est habituel que ces deux états alternent entre eux avec une fréquence très variable. Ils peuvent se succéder au cours de la même journée. Ce sont les bonnes résolutions que l’on prend dès le petit matin et qui cèdent… sur le chemin du travail, à la pause de 10 heures, au déjeuner, sur le chemin du retour, juste avant le dîner ou pendant le dîner ou dans la soirée. En fait, on ne sait jamais vraiment à quel moment on craquera. On sait seulement que cela finira par arriver.

 

Pour aller un peu plus loin, j’ai trouvé quelques vidéos pour y voir plus clair à ce sujet (Pour informations, je ne fais pas la promotion de l’organisme qui propose le suivi diététique LineCoaching puisque je ne le connaîs pas, je rappelle que je suis le programme La Méthode Chocolat) :

 

 

 

D’autres vidéos à venir avec mes prochains articles !

A bientôt Sourire

Publicités

Tagué:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :